Genève, ville ouverte

Des amateurs d’œuvres d’art se sont associés pour mettre en valeur les musées de leurs villes.
Ce sont souvent des familles de collectionneurs très érudits qui discutent d’égal à égal avec les historiens de l’art et les conservateurs. Dans le monde anglo-saxon ils se sont parfois chargés de diriger les musées en devenant « trustees » d’institutions de statut privé.
Les trésors sont souvent restés cachés
Grâce aux politiques d’accès à l’éducation, des générations de professeurs et d’instituteurs ont cultivé l’intérêt des jeunes pour les arts populaires laïques ou religieux, pour la peinture et la sculpture, pour les arts décoratifs mais aussi pour les arts antiques ainsi que pour les objets lointains ou contemporains.
Dans les sociétés d’amis des musées se sont retrouvés en plus des mécènes, des spécialistes
et des collectionneurs, des jeunes et des moins jeunes de toute profession soit ayant beaucoup voyagé soit n’ayant que rarement quitté leur région natale. Ils ont rapidement fait admettre aux autorités locales de toute couleur politique qu’une cathédrale et un stade ne suffisaient plus. Ils voulaient également des musées ouverts au grand public.
Quel rôle les sociétés d’amis des musées peuvent-elles jouer au 21ème siècle ?
Bien entendu continuer à oeuvrer au rayonnement régional et international de leur musée,
mais aussi garantir sa pérennité en protégeant la part de la culture dans les budgets locaux et en cultivant un bon réseau de donateurs potentiels, mais aussi continuer à rajeunir les publics,
scolaires, adolescents et jeunes adultes, mais aussi continuer à organiser des échanges ou des visites croisées avec les institutions spécialisées des villes ou des pays voisins.
Pour un groupement des sociétés des amis des musées de Genève
La façon la plus efficace et la plus agréable de remplir ces nombreuses fonctions bénévoles est de se regrouper. Les sociétés des amis des musées de Genève et de Suisse romande
ont déjà bien commencé à s’échanger des services et des visites : le MEG, le musée d’ethnographie de Neuchâtel, le Musée d’art et d’Histoire, le Musée International de la Croix-Rouge, la Fondation Baur, la Fondation Bodmer, le musée Ariana….
Regroupons-nous pour notre plaisir d’amateurs.
Faisons de Genève une ville ouverte, une ville des musées ouverts, une ville de musées rayonnants.
Juste un petit rappel : en 2015, 170 000 personnes ont visité le MEG !

Jean-Pierre Gontard, président